View Source

h2. {color:#000080}{*}Quatrième Rencontre - mercredi 8 juillet 2015, 14h (Salle de l'UFR, 22-23, 1er)*{color}


h5. {color:#000080}{*}1. Commentaires sur le colloque{*}{color} EPU2015 : Enseigner la physique à l'université  {color:#000080}\-  6-7 juil. 2015 Paris (France)  \- {color}[http://epu2015.sciencesconf.org|http://epu2015.sciencesconf.org]


h5. {color:#000080}{*}2. Point sur l'état d'avancement de l'étude sur 2P004 : peut-on proposer quelques conclusions préliminaires ?*{color}


h5. {color:#000080}{*}3. Bilan des rencontres de cette année, propositions pour la suite{*}{color}


h1. {color:#333300}{*}Extraits du compte rendu de la quatrième rencontre{*}{color}


h5. {color:#333300}{*}Sont présents :*{color}

{color:#333300}Emmanuel Rollinde, Maria Barbi, Jean-Michel Courty, Edouard Kierlik, Xavier Michaut, Simon Ayrhinac.{color}

h5. {color:#333300}{*}Discussion :*{color}

Cette dernière rencontre a finalement été consacrée intégralement à une discussion libre inspirée aux interventions au [colloque EPU 2015|http://epu2015.sciencesconf.org/], conduisant parfois à des idées d'actions futures. Voici les quelques points intéressants à signaler :

E.R. (qui n'a pas pu participer à EPU 2015) a été présent au *colloque sur la pédagogie universitaire à Brest* ([http://www.colloque-pedagogie.org/?q=node/5|http://www.colloque-pedagogie.org/?q=node/5]) qu'il a trouvé intéressant et surtout organisé d'une manière très originale et efficace : les actes du colloque ont été  publiés avant, et le colloque a été construit autour de discussions ouvertes des sujets présentés dans ces actes avec des discutants ayant travaillé au préalable en détail sur les textes. On discute de la possibilité d'associer le colloque EPU à cette conférence.

Les interventions des didacticiens à EPU 2015 ont plutôt plu aux personne présentes à la rencontre, qui les ont trouvés très accessibles. Des questions intéressantes se posent à ce sujet : que fait-on des résultats issus des recherches en didactique ? Comment passer à une étape où on travaille ensemble ?

En particulier, l'intervention sur la manière d'[enseigner et utiliser les incertitudes dans la physique expérimentale (Aude Cassarieu)|http://epu2015.sciencesconf.org/conference/epu2015/pages/Aude_Caussarieu_mesure_EPU.pptx] suscite un grand intérêt. Nous avons longtemps discuté de l'opportunité d'aborder cette question dans le cadre de nos enseignements, conscients du manque de consensus que cela engendre traditionnellement. L'avis général est que l'aide d'un(e) didacticien(ne) pourrait être précieux : on pourrait programmer une action étalée sur quelques années, avec d'abord une étudie des pratiques et supports existants, mais aussi de la manière dont les étudiants apprennent (ou pas) ces concepts ; ensuite une phase de présentation des résultats et discussion, et finalement la mise en place d'une stratégie qui permettrait de coordonner les différentes UE au moins sur les trois année de licence.
Et par ailleurs : comment les incertitudes sont présentés dans les autres disciplines comme la chimie, les mathématiques, la mécanique ?

Plus généralement, la possibilité de *tisser des liens entre les enseignants-chercheurs de la faculté et des didacticiens*, de se proposer comme sujets ou supports de leurs études, pour des interviews etc, nous semble à saisir.

Une autre question soulevée par le colloque est celle des contextes *où on voit généralement apparaître l'innovation pédagogique* : souvent, on a l'impression que ce soit nécessairement dans des UE "périphériques" comme des options, des UE de projets, des UE à petit effectif. Ces innovations sont elles capables de se propager, d'aller s'implanter ailleurs ?
Nous remarquons que les innovations qui ont pris le plus d'ampleur en termes de collègues/UE
impliqués sont apparemment chez nous : clickers, résolution de problème, (maintenant une
nouvelle piste avec les wims). Qu'est-ce qui fait que une innovation s'installe ? Cela dépend de la personne qui la porte ?