comparé à
Actuelle de Yves Epelboin
le 04 novembre 2013 09:41.

Clé
Cette ligne a été supprimée.
Cemot a été supprimé. Cemot a été ajouté.
Cette ligne a été ajoutée.

Modifications (4)

Afficher l’historique de la page



Yves Epelboin, Yves.epelboin@upmc.fr  (Octobre 2013)


Le congrès Educause qui a réuni à Los Angeles plus de 7500 personnes, acteurs du numérique dans les universités, a été une opportunité, grâce à une introduction de R. Katz,  pour visiter deux grandes universités de la région UCLA (University of California Los Angeles) et UCSD (University of California San Diego), 12{^}ème^ et 14{^}ème^ dans le classement de Shangai.
\\

h2. Visite à UCLA 

Accueil très chaleureux par J. David, CIO, et son équipe. Les cours filmés sont  nombreux et un certain nombre sont fournis en enseignement à distance sous forme de SPOC (Small Online Private Course). Néanmoins les étudiants, dans leur grande majorité, refusent un basculement entièrement à distance (80%) car l’aspect social de la vie du campus est important à leurs yeux. C'est d'ailleurs un argument qui reviendra partout. L'aspect social du campus est toujours mis en avant.


h2. Visite à UCSD

Un second accueil très chaleureux par S. Relyea, Vice-Chancellor for External and Business Affairs, UCSD a une attitude beaucoup plus positive envers les MOOC. Les premiers cours ont été ouverts dans Coursera dès janvier 2012. Ils considèrent que les MOOC sont le seul moyen de répondre à l’énorme demande de formation par les couches les plus défavorisées de la pomulation américaine, les latinos notamment. 30% des lycéens n’ont pas un niveau suffisant et pourraient l’acquérir au travers de MOOC. UCSD n'a pas les moyens de construire les amphithéâtres nécessaires à une telle population ni de recruter tous les enseignants.  Les MOOC sont donc la seule solution économique raisonnable bien que leur coût ne doive pas être sous-estimé (un chiffrage jusqu’à 300 000 $ est évoqué).

L’international les intéresse pour favoriser les échanges entre leurs étudiants et l’étranger.